Les livres publiés

Ca raconte Sarah

Pauline Delabroy-Allard

Editions Les éditions de Minuit

Elle fait beaucoup de choses comme si sa vie en dépendait.

- Pauline Delabroy-Allard, "Ca raconte Sarah" -

POURQUOI CHOISIR CE LIVRE ?

  • Parce que le thème est vraiment à la mode. Pas l'homosexualité féminine, bien sûr ! Je sais comme vous que le 21ème siècle n'a rien inventé ! Mais la manière de faire de la révélation sexuelle de la narratrice la pièce maîtresse de sa quête d'identité : ça, c'est même très "rentrée littéraire 2018", voyez ce que j'en ai dit dans mon 2-minutes sur Dans la chair des anges.
  • Parce qu'il y a un rythme, des leitmotivs, une musicalité. Sarah est violoniste et le livre qui la raconte est une sonate : une exposition qui anticipe la catastrophe finale, un développement qui fait flamber la passion, une réexposition qui plonge dans la nuit. Les thèmes-leitmotivs sont bien identifiables : "elle est vivante" est sans doute l'expression qui ponctue le plus souvent le livre, parce qu'elle résume Sarah et parce qu'on sait dès le début qu'elle va mourir. Et il y a aussi la définition de la latence, qui revient plusieurs fois, les allusions à Duras, qui rythment l'histoire...
  • Parce que tout a déjà été dit sur ce roman, et notamment, que sa deuxième partie ne serait pas à la hauteur de la première. Je vous engage à le vérifier par vous-mêmes : c'est l'inverse ! La construction du livre fait penser à celle de Belle du seigneur : passion, puis destruction. Mais à l'inverse de Belle du seigneur, la destruction est plus captivante que la passion, et l'éclaire rétrospectivement... Elle produit des confusions entre vie et mort, entre rupture et meurtre, entre santé et maladie, entre fantasme et réalité, et cela soumet le lecteur à la même dévitalisation que la narratrice.
  • Parce qu'il y a une passion dévorante, évidente ; mais comme toutes les passions, il est impossible qu'elle dure... "Elle me reproche des conneries, des tas de choses, mais au fond, je le sens, elle me reproche d'exister, d'avoir croisé son chemin, elle me reproche d'être une femme." Ca raconte Sarah est un drame annoncé.

L’ESSENTIEL EN 2 MINUTES

L'intrigue. Le plus vieux sujet du monde, traité une nouvelle fois comme si c'était la première.

Les personnages. Bonne question... on ne saura jamais le nom du compagnon, ni celui de la fille, encore moins celui de la narratrice. Parce que seule Sarah mérite d'être nommée ?

Les lieux. Paris pour la passion, Trieste pour la disparition.

L'époque. 2018, par exemple. Ou toute autre année où on peut écrire "Elle m'épuisait mais je crève sans elle".

L'auteur. La jeune Pauline Delabroy-Allard signe là son premier roman. On attend les suivants avec impatience !

CE 2MIN’ A ÉTÉ PRÉPARÉ AVEC LE SENTIMENT D'êTRE VIVANTE par Marceline

Lectrice passionnée et éclectique, toujours à l'affût de mon prochain coup de coeur !

ÉVALUEZ CE 2MIN’:

Note des autres lecteurs : 5 / 5